BRUIT /2002

Les Rencontres Internationales
de Seine St Denis

danse : Michèle Ricozzi, Fabien Almakiewicz, José Maria Alvés, Inés Hernandez
musique live : Jean-Marc Montera
dispositif vidéo : Patrick Laffont  
création lumières : Pascale Bongiovanni

Les bruits, les sons, humainement organisés – les corps sonores – créent les conditions pour que la musique existe. Ils constituent, avec la vidéo, le cadre général de la pièce où s’articulent images, objets, sons, musique, mouvements – danse qui se fait l’échos de notre rapport sonore au monde, qui ne retient du bruit/mouvement, du bruit/son, du bruit/image que l’essentiel: le désordre et son contraire.

Co-production:
L’Officina et
DBM /Danse Bassin Méditerranéen – Programme Culture 2000

programmation
Festival DanseM 
Rencontres Internationales de Seine-St-Denis
Centre National de la Danse-Paris
Festival Body Mind – Varsovie  / Pologne

Extraits de presse

La Marseillaise    25 septembre 2002
« BRUIT » : Croisement réussi
(…) bruit est une réussite sonore et plastique indéniable, un travail à la fois précis et fouillé de correspondances entre mouvements du corps, images et son. SKALEN a démontré là sa capacité à renouveler et à approfondir son travail d’écritures croisées entre la chorégraphie, la musique et la vidéo…  D.A

Ce document provient du site mouvement.net  
Publié le 25-09-2002
(…) Bruit tend à révéler des sensations rares et enfouies profondément en nous. La tentative de pousser, comme le préconise Gilles Deleuze, le langage artistique jusqu’à la limite de l’animalité: «Il faut toujours être à la limite qui nous sépare de l’animalité, mais justement de telle manière qu’on n’en soit plus séparé. Il y a une inhumanité propre au corps et à l’esprit humain». Et cette recherche n’est pas laborieuse, puisqu’elle se construit sur le jeu… Frédéric KAHN

La Provence    22 septembre 2002
(…)Skalen nous invite à découvrir son étrange univers sonore. Une interaction soufflée, saturée, stroboscopée sous les yeux du spectateur et en perpétuelle mouvance. De l’expérimentation du sensitif à l’état pur et l’expression d’un monde destructuré… Annabelle Kempf

Le Pavé     26 sept au 3 oct 2002
Dansem La création entre deux rives
Le festival Dansem s’est ouvert sur le choc des cultures. Alors que Karima Mansour se donne avec feu dans une belle simplicité, le collectif Skalen appuie sa danse sur une technologie très maîtrisée.

(…) Avec Skalen, on est à l’évidence dans un autre monde. Celui de la technologie, de la musique électronique, de l’image vidéo, de l’indifférenciation des corps. En quelques années, le collectif a su maîtriser à la perfection l’outil visuel et sonore qu’il utilise. On l’avait découvert avec I NEXT. On en a la confirmation cette année avec BRUIT, la pièce qu’ils ont créée pour le festival Dansem. Une composition plus abstraite, dans son traitement; mais qui reste ancrée dans notre réalité: celle de la superposition des infos, des images et des sons, celle de la confusion entre nos silences intimes et le brouhaha ambiant… Mouvements, images et sons s’enchaînent sans rupture, se superposent au point que les sens du public sont sans cesse sollicités… Dominique Allard